Actualité

Croyez en vous ! Le témoignage de Christelle – CIC Nord Ouest

20 Juin. 22

Ouvrir une nouvelle page de sa vie pour écrire une belle histoire avec le CIC Nord Ouest

Au GEIQ Emploi & Handicap, nous rencontrons quotidiennement des femmes et des hommes aux parcours qui forcent l’admiration.

C’est le cas de Christelle, l’une de nos anciennes alternantes, qui a osé entreprendre une reconversion professionnelle après un brutal accident de la vie.

Dans cet article, Christelle nous parle avec passion de son nouveau métier et de comment elle a su rebondir pour écrire sa nouvelle histoire !

Bonne lecture !

Peux-tu nous parler de ta précédente carrière professionnelle ?

Après un Bac pro commerce, j’ai travaillé durant 19 ans dans la grande distribution. D’abord comme vendeuse puis j’ai évolué vers un poste de gestionnaire commerciale.

J’adorais mon boulot ! Même si je devais me lever à 3h du matin tous les jours pour décharger les camions, j’aimais vraiment ce que je faisais et je n’avais jamais envisagé de faire autre chose.

Tout a été remis en question suite à ce que j’aime appeler « un accident de la vie » qui m’a couté mon travail.

Physiquement il me fallait remonter la pente, moralement aussi. Au début, ça a été très difficile et je me suis demandée ce que j’allais faire de ma vie. Heureusement, j’ai toujours pu compter sur le soutien de mon entourage pour m’aider à accepter les choses et à rebondir rapidement.

À quel moment la question de la RQTH est arrivée ? Comment l’as-tu vécu ?

C’est arrivé très rapidement. C’est le médecin qui m’a suivie en centre de rééducation qui a fait la demande de RQTH et mon médecin traitant a ensuite pris le relai. C’était une décision assez facile puisqu’il me fallait retrouver un poste adapté à mon souci de santé.

Lorsque je parle de ma RQTH, j’ai toujours tendance à la mettre entre guillemets parce que je ne me considère pas comme une personne handicapée car mon handicap est complètement invisible.

La RQTH m’a vraiment aidée. Elle m’a par exemple permis d’être suivie par CAP Emploi, de rencontrer l’équipe du GEIQ et de me créer de nombreuses opportunités. Sans ça, je n’aurais sûrement pas eu la chance de reprendre des études à 39 ans, de les réussir et de me réorienter complètement dans un nouveau boulot que j’aime !

Comment as-tu été accompagnée dans ce changement de vie professionnelle ?

J’ai d’abord été suivie par Cap Emploi qui m’a proposée de participer à une session de job-dating. Lors de cet événement, j’ai rencontré l’équipe du GEIQ et j’ai tout de suite compris qu’ils pouvaient m’aider à retrouver un emploi adapté  à ma situation. À cette époque, je ne savais pas ce que j’allais faire de ma vie professionnelle.

Après tout s’est vite enchainé ! J’ai eu un premier rendez-vous avec Eva Fichaux puis j’ai passé des tests de compétences pour faire le point sur ma situation et voir où je pouvais être orientée.

Suite aux résultats de mes tests, Eva m’a orientée vers le monde de la banque qui semblait bien adapté à mon profil. Elle m’a tendu la main et je ne regrette pas de l’avoir saisie. J’ai repris confiance en moi, je me sentais épaulée et j’ai entamé ma reconversion dans ce nouveau secteur.

Tu as réalisé ton alternance au GEIQ, peux-tu nous en parler ?

Grâce au GEIQ, j’ai pu me lancer dans un contrat d’apprentissage pour passer un BTS banque à Villeneuve d’Ascq. Pendant deux ans, je faisais 15 jours à l’école et 15 jours au CIC de Douai.

Le GEIQ me suivait régulièrement et venait à la rencontre de mon directeur tous les trimestres, en complément du carnet de suivi de l’école. On se réunissait à trois pour évoquer mes progressions, les points d’amélioration, le ressenti général… j’ai été très bien suivie. Je me souviens au tout début, quand j’ai su que j’allais reprendre l’école et qu’il me fallait un ordinateur, Eva m’avait même proposé de m’en fournir un si j’en avais besoin ! Je lui dois beaucoup.

Comment s’est passée ta formation au sein du CIC ?

J’ai commencé comme chargée d’accueil, je m’occupais alors de l’accueil des clients, des accompagnements et quelques tâches administratives.

Lorsque j’ai obtenu mon BTS en 2020, j’ai prolongé mon contrat GEIQ pour un an et je suis partie à Henin Beaumont dans une autre agence CIC. J’y ai découvert la gestion des GAB (Guichets Automatiques de Banque) en parallèle de l’accueil des clients

En septembre 2021 j’ai été rappelée par le CIC Douai grâce à mes collègues qui avaient pensé à moi pour un poste de conseillère clientèle. Désormais, je m’occupe toujours de la gestion des GAB le matin mais j’ai aussi mon propre portefeuille de clients à gérer l’après-midi.

Peux-tu nous parler de ton métier de conseillère clientèle au CIC de Douai ?

Ce que j’aime dans mon métier c’est la diversité des tâches, il faut être polyvalent et c’est mon cas. J’aime la relation avec le client, pouvoir l’accompagner et lui proposer des produits et services adaptés à sa situation. C’est assez similaire à ce que j’aimais faire dans le commerce et je voulais garder cette partie. Je n’aurais pas réussi à travailler seule dans un bureau, j’ai besoin de contact humain.

Au CIC, dès mon premier jour, j’ai été aidée et accompagnée par toute l’équipe. Je peux dire que j’ai vraiment des collègues en or ! Tout le monde est très compréhensif et à aucun moment je ne me suis sentie seule.

As-tu un message à faire passer à des personnes qui, comme toi, doivent réinventer leur vie professionnelle suite à un accident de la vie ?

Il ne faut pas s’arrêter à des préjugés, notamment au sujet de la RQTH. Le plus important c’est d’avoir confiance en soi et de saisir les mains tendues.

Personnellement, je ne le regrette pas et si c’était à refaire, je le referais. Il faut se dire que tout est possible et que même après une épreuve comme celle-ci, il n’y a pas de fatalité. On peut retrouver un métier dans lequel on s’épanouit.

Il faut se dire qu’on ouvre simplement une nouvelle page de sa vie pour écrire une belle histoire.

C’est quoi la suite pour toi ?

Finalement je me dis que ce qui m’est arrivé est presque un mal pour un bien. S’il ne m’était pas arrivé cet accident, je ne serais pas là aujourd’hui… et je m’éclate dans mon nouveau travail.

Désormais, j’ai une vie stable et je réalise même une formation d’un an pour développer mes compétences commerciales. J’ai également prévu de passer l’AMF cet été pour pouvoir vendre de l’assurance.

Quoiqu’il arrive, j’ai décidé de me laisser vivre et de me laisser porter par les événements, un jour à la fois.

« Croyez en vous, croyez en eux« .

Christelle, Julie, Elodie, Juliette et Carine nous racontent dans cette vidéo le partenariat qui lie le GEIQ au CIC Nord Ouest en faveur de la diversité.

être salarié.e Geiq,

Pourquoi pas vous ?

être salarié.e Geiq,

c'est :
  • Obtenir un emploi ; un contrat de travail au sein d'une entreprise sensibilisée et engagée.
  • Accéder à la formation ; des études ou une reconversion professionnelle, avec des contrats sur-mesure.
  • Des opportunités d'évolution professionnelle.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rejoignez-nous sur Facebook

Share This