Actualité

Surmonter les obstacles : comment Ewan a trouvé sa place chez Atlantic

23 Mai. 24

Ewan est un jeune homme autiste de 22 ans qui a récemment signé son premier CDI comme opérateur plieur sur commande numérique au sein du Groupe Atlantic. Il partage avec nous son parcours impressionnant, marqué par des défis, des découvertes et des victoires personnelles. Voici son histoire touchante et pleine de sincérité que toute l’équipe du GEIQ est très heureuse de vous partager !

Quel est ton parcours ?

J’ai commencé ma scolarité dans un petit village, entouré d’enseignants bienveillants. Le passage au collège me semblait insurmontable en raison du changement de rythme et de routine. Malgré de bonnes notes, j’ai donc redoublé mon CM2 pour donner le temps à ma mère de préparer les adaptations nécessaires.
À 11 ans, je suis entré dans un collège privé avec le soutien d’une Accompagnante d’Élèves en Situation de Handicap (AESH), et j’ai réussi à obtenir mon Brevet avec mention. Par la suite, j’ai suivi un BAC professionnel en Systèmes Numériques, mais j’ai vite compris que le domaine de la maintenance informatique n’était pas adapté à mon handicap.

Après mon BAC, je me suis orienté vers une formation de six mois en tant que Tourneur-Fraiseur à l’AFPA de Liévin, où j’ai pu effectuer un stage en entreprise, accompagné d’une Référente Emploi. Malgré l’appréciation de mes compétences, mes difficultés de socialisation ont été un frein pour obtenir un contrat.

Comment as-tu découvert le GEIQ ? Comment se sont passés les premiers échanges ?

Après ces expériences, ma mère a contacté ma référente du Dispositif Emploi Accompagné (DEA) qui nous a mis en relation avec Laurence Damiens du GEIQ Emploi & Handicap. Nous avons commencé par une visioconférence pour faire connaissance. Laurence a présenté le GEIQ et j’ai pu exprimer mes motivations et elle ses attentes. Elle a été très rassurante et compréhensive. Peu après, j’ai envoyé mon CV, et Laurence m’a rapidement proposé une semaine d’immersion chez Atlantic.

Comment le GEIQ a-t-il facilité cette immersion professionnelle ?

Avant mon arrivée, le GEIQ a réalisé une sensibilisation à l’autisme auprès du personnel de l’entreprise pour leur apprendre à mieux comprendre et interagir avec moi. Grâce à cette initiative, je me suis senti accueilli et intégré dès le début. Tous les employés connaissaient déjà mon prénom et faisaient preuve de beaucoup de bienveillance !

Une fois la semaine d’immersion passée, quelle a été la suite ?

La semaine d’immersion s’est très bien passée, et on m’a proposé de réaliser un parcours de montée en compétences de six mois en tant qu’opérateur plieur sur commande numérique, que j’ai accepté tout de suite !

En quoi consiste ton métier au quotidien ?

Je travaille principalement seul, ce qui est idéal pour moi car les interactions sociales me demandent beaucoup d’énergie. Mes tâches incluent l’assemblage et le perçage de pièces, et je dois faire preuve d’une grande attention aux détails – une de mes grandes forces. Mon rôle nécessite de la précision et de l’adaptabilité.

Le travail à la chaîne peut sembler pénible et répétitif pour certain mais pour moi il est rassurant. Au fil du temps, j’ai été formé sur différentes machines et ça m’a permis de développer ma confiance en moi.

Comment s’est déroulée ton intégration ?

Dès le début, deux collègues, Nicolas et Mikael, ont été désignés pour être mes tuteurs. Ils me guident à travers les différentes tâches et répondent avec patience et bienveillance à toutes mes questions.
Le DEA m’a aidé à mettre en place des outils adaptés à mes besoins, tels que des organigrammes, des guides de tâches avec des codes couleurs, et des fiches techniques adaptées. Grâce au GEIQ, j’ai également bénéficié de bouchons d’oreilles adaptés pour m’aider à gérer le bruit ambiant.

Comment se passent les relations avec tes collègues ?

Les relations avec mes collègues sont excellentes. Ils comprennent que je ne participe pas toujours activement aux conversations, mais cela ne nous empêche pas de partager des bons moments. Par exemple, un collègue m’a surpris en achetant mes gâteaux préférés après avoir remarqué que je les appréciais particulièrement. Une autre fois, l’un d’eux m’a expliqué que j’étais comme les trois singes de la sagesse. Une comparaison qui m’a initialement confus mais que j’ai finalement comprise et appréciée comme un signe de respect et d’admiration pour ma capacité à ne jamais voir, entendre et dire le mal…

Quelles sont les difficultés que tu as rencontrées et comment as-tu réussi à les surmonter ?

Avant même de commencer, je savais que j’avais plusieurs défis importants à relever. Tout d’abord, l’entreprise est située à 15 km de chez moi et il n’y a pas de transports en commun, ce qui rendait indispensable l’obtention de mon permis. La date de mon examen de conduite était fixée au 14 janvier, et je devais commencer à travailler le 1er février. C’était donc essentiel d’obtenir mon permis à temps pour pouvoir me rendre au travail.

De plus, le rythme de travail en 3×8 était une source majeure d’angoisse. Ce type d’horaire menaçait de bouleverser mes rituels établis, notamment mes horaires de repas et de coucher.

Heureusement, j’ai réussi à obtenir mon permis et à acheter une voiture. Avec l’aide de ma mère, j’ai travaillé sur l’itinéraire pour aller au travail, de jour comme de nuit, tout cela en seulement 15 jours. Cette préparation m’a aidé à me sentir plus confiant et moins anxieux à propos des trajets.

Pour faciliter ma transition au nouveau rythme de travail, j’ai bénéficié d’un planning progressif. J’ai commencé par travailler 5 heures par jour.

Après ces six mois, as-tu été embauché ?

Oui, et j’en suis très fier. J’ai signé un CDI à la fin de mon parcours de montée en compétences. Mes efforts ont payé et la même année j’ai donc réussi à être embauché et à avoir mon permis !

Qu’aimes-tu le plus chez Atlantic ?

J’aime lorsqu’on se rassemble pour célébrer nos réussites autour de moments conviviaux. Cela me donne « le smile » comme le dit maman.
Avant de rejoindre Atlantic, participer à des rassemblements en groupe était une épreuve pour moi, mais l’atmosphère accueillante et non-jugeante de l’entreprise m’a permis de faire d’énormes progrès. Je me sens à ma place et pleinement intégré.

En plus de l’ambiance positive, je trouve une grande satisfaction dans mon travail, surtout lorsque je suis formé sur de nouvelles machines. Cela signifie que l’on me fait confiance, ce qui est très gratifiant.

C’est quoi la suite pour toi ?

Je continue à travailler sur mon autonomie au quotidien mais je commence à me sentir comme une personne lambda. Je travaille, je gagne ma vie, et j’ai même ma propre voiture.
À l’avenir, j’aimerais acheter ma propre maison et poursuivre ma carrière chez Atlantic.

As-tu un message pour les entreprises ?

J’aimerais sincèrement que d’autres entreprises bienveillantes comme Atlantic prennent conscience que toutes les personnes en situation de handicap ont quelque chose à apporter. Il faut simplement les accompagner dans leur intégration.

As-tu un dernier message à partager ?

Je tiens à remercier le Groupe Atlantic de m’avoir donné ma chance et d’avoir cru en moi. J’aimerais aussi remercier Laurence Damiens du GEIQ pour son implication et sa gentillesse. Sans l’aide du GEIQ, cette embauche n’aurait jamais eu lieu. Cela m’a permis de réussir mon insertion dans l’entreprise avec un accompagnement de qualité. Merci pour tout, ma réussite est également la vôtre.

être salarié.e Geiq,

Pourquoi pas vous ?

être salarié.e Geiq,

c'est :
  • Obtenir un emploi ; un contrat de travail au sein d'une entreprise sensibilisée et engagée.
  • Accéder à la formation ; des études ou une reconversion professionnelle, avec des contrats sur-mesure.
  • Des opportunités d'évolution professionnelle.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez-nous sur Facebook

Share This